Politique

Fil des billets - Fil des commentaires

Sous-catégories

lundi 18 juillet 2016

Nice : le gouvernement en profite pour relancer la machine liberticide

L'attentat de Nice a montré (quelle suprise...) l'inutilité et l'inefficacité de l'état d'urgence en matière de prévention du risque terroriste. Qu'à cela ne tienne, la réponse du  gouvernement à cet événement est... la reconduction de l'état d'urgence. Voilà qui rend bien service à ces néo-fascistes pour relancer leur machine liberticide qui leur sert dans les faits à emmerder syndicalistes, écologistes et autres anti-libéraux...

http://www.sudeduc31.org/wp-content/uploads/2015/12/etat-urgence.jpg

dimanche 1 juillet 2012

Le pseudo-humanisme de Bill Gates, Warren Buffet et consorts

Dans un ancien article de Le Monde Diplomatique (L’Afrique, cobaye de Big Pharma) on a pu lire que la Fondation Bill et Melinda Gates (BMGF) faisait du pseudo-humanitaire en Afrique en utilisant les populations locales à des fins d'expérimentations vaccinales au profit de firmes pharmaceutiques dans lesquelles elle avait des intérêts. L'article ne détaillait pas le montage financier et ne donnait presque pas de chiffres : on restait donc un peu sur sa faim.

Sept années plus tard, l'article La diplomatie du téléphone portable à la conquête des pauvres portant sur l'utilisation de la téléphonie mobile dans le cadre de projets humanitaires nous apporte des éclairages (souvent chiffrés) sur ces points :

  • On y apprend sans surprise que les projets autour des applications mobiles menés par la BMGF fonctionnent exclusivement sous le système d'exploitation Windows Mobile afin d'élargir l'hégémonie de la firme Microsoft.

  • On découvre que la notion fiscale de « fondation » est totalement inconsistante (aux USA probablement) : Ces fondations sont donc des paravents pour vendre une image humaniste de boites crapuleuses pour lesquelles l'éthique est la dernière des préoccupation dans les faits.

  • Autre point pertinent, le célèbre Warren Buffet, l'homme le plus riche du monde, dont la plus célèbre phrase est « La lutte des classes existe, et c’est la mienne, celle des riches, qui la mène et qui est en train de la gagner. »   a doublé le capital de la BMGF en y injectant … 30 milliards de dollars... qui seront probablement utiliser à 90-95 pour injecter du capital à des fins spéculatives (voir point précédent) alors qu'avec cette somme il aurait pu faire des choses positives pour les pays sous-développées mais ceci irait à l'encontre de "sa" lutte des classes.

mercredi 28 mars 2012

«Les économistes à gages sur la sellette» : un complément

L'article de Renaud Lambert (dont la lecture est fortement recommandée) « Les économistes à gages sur la sellette » publié dans Le Monde Diplomatique de Mars 2012 dénonce les conflits d'intérêts vivants que sont les économistes intervenant dans les grands médias. Ces derniers nous les présentent en effet comme des « experts » au regard de leurs titres universitaires alors qu'ils sont avant tout cadres dirigeants d'établissements bancaires, membre de conseils d'administration de grand groupes ou autre position à moralité fort limitée (ce que les journalistes qui les interrogent se gardent bien de préciser afin de laisser croire au public qu'ils ont un semblant d'objectivité et de pragmatisme).

La malhonnêteté intellectuelle de ce genre de personnages ne s'arrête pas là : je me permets de poster ici cet extrait d'interview tiré de l'article que l'on peut dispenser de tout commentaire.

Réalisateur du documentaire Inside Job, Ferguson a rencontré l’économiste Frederic Mishkin, de la Columbia Business School :

Ferguson. — En 2006, vous avez coécrit une étude du système financier islandais : « C’est un pays évolué doté d’excellentes institutions. Peu de corruption, Etat de droit, économie convertie à la libéra-lisation financière. Réglementation et surveillance prudentielles de qualité. »

Mishkin. — Là était l’erreur [en 2008, l’économie islandaise s’effondrait, ndlr]. Il est apparu que la réglementation et la surveillance prudentielles n’étaient pas satisfaisantes.

— Qu’est-ce qui vous a fait croire le contraire ?

— On s’en remet aux informations dont on dispose. Et l’opinion générale voulait que l’Islande ait d’excellentes institutions et soit très évoluée.

— Qui vous l’avait dit ? Quelles recherches aviez-vous réalisées ?

— On parle à des gens, on se fie à la banque centrale qui, finalement, n’a pas été à la hauteur.

— Pourquoi vous être fié à la banque centrale ?

— On s’en remet aux informations qu’on a.

— Ça vous a rapporté combien ?

— J’ai été payé… Le montant est public.

Mishkin a reçu 124 000 dollars [environ 95 000 euros] de la chambre de commerce islandaise pour rédiger son étude.

— Sur votre CV, le titre du rapport « Stabilité financière en Islande » a été changé en « Instabilité financière en Islande »…

— Oh… J’ignore pourquoi, mais… Il y a peut-être une coquille.

Deux comportements seraient donc à adopter de la part des « journalistes » afin de palier ce biais :

  1. Faire intervenir des économistes ne faisant pas l'objet de conflits d'intérêt (Frédéric Lordon,Paul Jorion, …). Il faut admettre qu'ils commencent à avoir (très peu) droit de cité dans les grands médias.

  2. Annoncer oralement ou afficher sur l'écran la liste des conflits d'intérêts des intervenants mais ceci aurait un impact fort : dans le cas oral, cela durerait plus longtemps que l'interview et dans le cas écrit l'écran serait parfois entièrement rempli (ce qui ne serait pas forcément néfaste car cela nous épargnerait leur sale gueule)

Personnellement je pencherais pour une méthode alternative encore plus efficace : bannir toute personne faisant l'objet de conflits d'intérêts de droit de parole en tant qu'expert. Les médias ne pourraient qu'y gagner en objectivité.

dimanche 20 février 2011

Serge Dassault : le vrai visage de l'UMP (épisode 2)

Après son ahurissant discours sur le fait que les français devraient travailler comme mes chinois, voici la dernière sortie de Serge Dassault dans laquelle il nous explique comment réduire le déficit budgétaire en supprimant toute aide de l’état notamment sociale (il a du oublier qu’il vend ses avions invendables sur le budget de l’état ce qui revient à une forme d’aide). Parisot a du en tremper sa culotte comme à chaque fois qu’il l’ouvre en public: Voir l'article de Eco89 et la vidéo. Le pire c’est que le gros des troupes de l’UMP n’en pense pas moins et que les français votent encore pour ça...

mercredi 3 novembre 2010

La dictature de Philippe Val : mauvais pronostic

Plus d'un an après la rédaction de ce billet, je m'aperçois que j'ai mal pronostiqué... ce sont in fine Guillon et Porte qui furent les victimes de ce laquais de l'Élysée... Mermet a d'ailleurs fait une superbe émission pour les soutenir : Hommage à ceux qui agrandissent la surface de la cage. Elle montre, archives à l'appui, que dans les décennies précédentes, les humoristes avaient bien plus de liberté. Le fascisme avance...

jeudi 25 juin 2009

Philippe Val introduit le délit d'opinion à France Inter

On savait que Philippe Val avait pris la direction de France Inter pour y faire du "ménage" et imposer le politiquement correct. c'est Frédéric Pommier qui en fait les frais le premier pour cause Siné-compatibilité dans sa revue de presse comme le détaille bien cet article de Rue89. Parmi la liste des victimes prévisibles, on trouve bien sur Daniel Mermet pour son émission "Là-bas si j'y suis". On imagine que pour éjecter celui-ci, Val va nous faire une démonstration de sa spécialité, le procès en anti-sémitisme, comme il l'a fait avec Siné pour le virer de Charlie Hebdo.

jeudi 18 décembre 2008

Lyon, métropole chinoise

Nouvelle atteinte à la liberté de la presse dénoncée par LibéLyon : La police qui empêche des photographes de l'AFP d'exercer leur fonction. La liberté de la presse en France, à la demande de Sarkozy, tend vers le modèle chinois. Je me demande si ce qui est le plus inquiétant est le zèle des policiers pour mettre progressivement en place la dictature sarkozienne ou le fait que les français revoteront UMP aux prochaines présidentielles et législatives.

La lecture de Matin brun devrait être au programme de nos écoles.

La réponse est 42.

jeudi 27 novembre 2008

Pétain !!! Reviens !!! T'as oublié tes chiens !!!

Écoutant un podcast (au format ogg) de Là-bas si j'y suis l'excellente émission de l'excellent Daniel Mermet, je tombe sur un message du répondeur où un enseignant raconte une descente plus que musclée de policiers dans les classes de son établissement (je laisse pour le moment les détails de côté). De retour à la maison, je constate que ce n'est pas un fabulateur et que les évènements cités se sont bien produits, ils sont d'ailleurs retranscrits dans la Dépêche du Midi dans l'article mentionné en source de ce billet. On attribue souvent ce genre de comportement à la Police et rarement aux gendarmes. Cette fois-ci les gendarmes sont allés beaucoup plus loin qu'on ne l'aurait cru possible de la part d'un corps réputé si "réglo". Comment peut-on imaginer en effet que les autorités prétendent souhaiter soigner l'image des forces de l'ordre auprès de la jeunesse quand celles-ci ne les respecte pas, les menace de violences physiques (« Si vous bougez, il vous bouffe une artère et vous vous retrouvez à l'hosto »), se permet de détruire impunément leur matériel le plus onéreux tout en laissant entendre qu'il est inutile de porter plainte (Dans une classe de BTS, le chien fait voler un sac, l'élève en ressort un ordinateur endommagé, on lui dit en riant qu'il peut toujours porter plainte.). En effet, il apparaît que si les gendarmes détruisent l'ordinateur portable d'un citoyen lors d'un contrôle ceux-ci jugent qu'il n'y pas à compenser le préjudice financier (je n'ose même pas parler du préjudice moral...). Je vous invite donc à lire ce récit qui montre que la France de Sarkozy n'a rien à envier à le Chili de Pinochet, on se rapproche en effet de ce que l'on pourrait voir comme rapports entre forces de l'ordre et population dans un état fasciste. Cela doit faire partie du rapprochement idéologique de l'UMP et du FN que nos amis gendarmes se font apparemment un plaisir de mettre en application. Après "Police Nationale !!! Milice du capital !!!" nous pourrons donc entonner "Gendarmerie Nationale !!! Milice (tout court?)".

Source : Auch. La descente de gendarmes émeut à l'école des Métiers

vendredi 1 août 2008

Serge Dassault : le vrai visage de l'UMP

On a pu voir sur i-télé (désolé pour le lien dailymotion/flash mais ce n'est pas moi qui ai choisi ce support) cette interview surréaliste de Serge Dassault, célèbre marchand d'armes, propriétaire du Figaro (un rêve de réussite immorale tel que les affectionne Sarkozy). Il est naturellement élu UMP (sénateur). Ce qui rassure, c'est que le journaliste est médusé face aux propos tenus par cet être ultra-libéral et ultra-réactionnaire (en même temps que peut-on attendre de mieux d'un marchand d'armes ?). On notera d'ailleurs que quand le journaliste lui demande de confirmer ses propositions, il se contente de répondre de manière évasive. Parmi les points les plus amusants on notera :

  • Que les lois UMP permettant de mettre fin aux RTT, jours fériés et autres week-ends (voir mon précédent billet sur la question) ne semblent pas lui suffire et il trouve anormal qu'on ne souhaite pas travailler aussi le dimanche pour augmenter notre pouvoir d'achat et surtout la croissance (d'ailleurs pourquoi se permet-on de souhaiter de disposer de week-ends et de partir en vacances ???).
  • Que le système chinois dans lequel les ouvriers font des horaires de fou en dormant à l'usine lui semble tout à fait convenable.
  • Qu'il exige une souplesse totale de l'emploi, les salariés devant selon lui être embauchables et débauchables sans garanties d'emploi ou de montant de salaire de quelque sorte que ce soit (j'imagine qu'il est pour l'abolition du SMIC).
  • Qu'il exige l'interdiction des grèves politiques.
  • ...

Dans la mesure où il affiche le souhait de donner aux entrepreneurs toute latitude relative à la gestion du personnel, on devine qu'il souhaite que ceux-ci puissent imposer de pareilles pratiques. Tout ceci dans le but de permettre une relance de la croissance. Sans être décroissant, il faut admettre que la croissance n'est pas une fin en soit non seulement parce qu'elle ne peut mathématiquement être infinie mais surtout parce que notre empreinte écologique est déjà trop importante et que la croissance s'accompagne généralement d'une hausse de cette dernière. Une vraie leçon d'ultra-libéralisme de la part d'un sénateur qui dit tout haut ce que la grande majorité des autres élus UMP rêve de mettre en œuvre (ils le font juste étape après étape main dans la main avec le MEDEF).