Mot-clé - médias

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 22 août 2015

Trois coups de gueule cinématographiques

Suite à mon coup de gueule sur Gravity, les salles et la 3D, voici trois autres points noirs.

Les ados décérébrés critiques de cinéma

Habituellement on voyait sur les affiches de courtes citations extraites de magazines comme Mad Movies, Première, Télérama,... Ils n'apportent pas grand chose mais ont au moins le mérite d'émaner de gens du métier. J'ai vu sur l'affiche de "La face cachée de Margo" quelque chose qui existe peut-être depuis quelques temps mais que je constatais pour la première fois : l'extrait des critiques de cinéma a fait place à.... deux tweets (élogieux bien sûr) de parfaits anonymes... et attention, il faut voir le niveau ASV-kikoo-lol d'ados décérébrés facebookien... Au delà du fait que Tweeter est une daube GAFAienne, on voit que les distributeurs continuent à s'enfoncer dans la médiocrité.

Qui sont les cons qui traduisent les titres de films étrangers ?

Dans la catégorie "Je chie sur l'intégrité des oeuvres" je place en nominé les abrutis qui traduisent les titres de films étrangers. Déjà que les films doublés le sont très mal et que seule la VO permet de respecter un tant soit peu l'intégrité d'un film étranger, ces gens là ne peuvent s'empêcher d'agraver la chose en pondant des traductions qui (quand elles en ont un), n'ont la plupart du temps qu'un vague rapport avec le titre original. Deux exemples qui me marquent : "Fear and Loathing in Las Vegas" qui devient "Las Vegas Parano" ou, dans le domaine des films d'animation pour enfants "Over the hedge" qui devient "Nos voisins les hommes"... Il serait de bon ton que les traducteurs se contentent de traduire ou, mieux, qu'on ne traduise pas les titres de films étrangers. Si quelqu'un peut me dire en commentaire qui sont les responsables du massacre, je suis preneur.

Salles de cinéma : elle est où la VO ?

Quelle frustration quand on veut aller voir un film étranger e qu'on constate que les rares projections en VO sont à des heures totalement improbables (très tard ou pendant les heures de bureau). Là encore, on voit qu'on veut surtout nous faire avaler du cinéma dégradé, formaté, consommable. Là encore, on chie sur l'intégrité des oeuvres. Patrons de cinéma, sortez-vous donc les doigts du cul une fois dans votre vie et tâchez de donner le goût des vraies choses à vos "clients" en essayant de les considérer comme autre chose que des cartes bancaires sur pattes...

jeudi 6 novembre 2014

Mes débuts sur Diaspora*

Très content de découvrir Diaspora par le pod Framasphere de Framasoft, j'ai découvert un bug sur la branche stable quiserait le "bug de l'année". Il faut dire que le côté raccoleur du contenu inséré est amusant : le bug sur Github.

dimanche 5 octobre 2014

Non... tous les lecteurs ne se valent pas... Jetez le FreePlayer

On lit souvent que tout les lecteurs multimédia de salon se valent en termes de qualité de rendu et qu'ils ne se différencient que par leur ergonomie ou en cas d'upscaling. L'argument avancé est qu'ils feraient une bête restitution de la source vers la sortie HDMI.

Profitant de mon changement de FAI, je rends le vil Freeplayer (dont l'ergonomie est lamentable) pour passer chez OVH et choisi de prendre une platine haut de gamme (le Samsung BD-F7500) dont j'avais lu les louanges. Ce lecteur dual-core m'a apporté un gros gain par rapport au Freeplayer en termes d'ergonomie et d'indépendance (notamment par rapport à la connexion Internet) mais surtout une qualité d'image bien supérieure. Sur mon plasma de 50 pouces (maintenant j'ai un projo), j'ai pu observer notamment que le rendu des BRD (BluRay Disc) était largement meilleur avec un tel lecteur que ce soit au niveau de la finesse, de la fluidité ou de la colorimétrie de l'image.

Côté ergonomie, c'est le confort total, on peut notamment se balader comme on veut dans les vidéos par glissement ou saisie de temps (alors que le Freeplayer plante souvent lorsqu'on essaie de naviguer dans une vidéo).

Le budget n'est pas forcément énorme. Cette platine se vend 200€ en boutique mais je l'ai eue neuve à 131€ port inclus sur ebay.

dimanche 14 septembre 2014

Enfants et technologies : il faut serrer la vis plus fort

Moi qui pensait assez bien limiter les temps d'écran pour mon fils...  il va falloir checker tout ça :)

Et, globalement, les parents geeks de la Silicon Valley tiennent leurs enfants à l'écart de la technologie.

mercredi 10 septembre 2014

TV : les constructeurs à la solde du fisc ?

Comme beaucoup, je ne regarde pas la télévision (mon câble antenne n'est pas connecté et je n'ai pas la TV par ADSL) mais je dois payer la redevance audiovisuelle. Pourquoi ? Parce que mon plasma de 50 pouces est doté d'un tuner TNT et que, selon le droit fiscal, cela suffit pour que je sois redevable ce qui,en soit, est complètement con. Il faut dire qu'avec l'administration fiscale on a l'habitude qui préfère d'ailleurs contrôler les résidents des HLM ne payant pas leur redevance plutôt que de lutter contre l'évasion fiscale.

Revenons à nos moutons : il y a donc bien un marché pour de grands écrans dépourvus de tuners qui économiseraient plus de 100€ par an à leurs acheteurs (ils pourraient d'ailleurs se vendre plus cher rien que pour cette raison) mais, étrangement, aucun constructeur ne le propose alors que cette redevance est payable dans bien des pays... Soit les constructeurs sont cons au point de louper un marché juteux à forte marge soit ils ont des... accords avec les administrations fiscales.

Seule solution pour avoir une grande image sans être redevable : le vidéo-projecteur. Je vais y revenir car je rentre dans ma nouvelle maison fin Septembre et ce sera vite amorti par l'arrêt du paiement de la redevance.

jeudi 22 mai 2014

Les chefs de produit nous prennent vraiment pour des buses

Quand on regarde de près les emballages des produits de consommation courante, on peut observer avec sourire (ou pas) qu'on nous prend vraiment pour des guignols.

Dans le monde alimentaire, de nombreuses mentions ayant pour objet la valorisation du produit comme "sans ceci" ou "avec cela" sont accompagnées d'un astérisque qui nous renvoie à "conformément à la législation en vigueur". C'est donc aussi riche en terme de renseignement sur le produit que s'il était indiqué dessus "comestible". De même, dans les cosmétiques, on nous vante "testé cliniquement" alors que les tests cliniques sont de toute façon obligatoires et que, de plus, cette mention est totalement conne dans la mesure où elle ne dit rien sur les résultats des tests en question. Le produit a été testé, mais il n'est pas précisé si c'est avec succès...

Pour bien illustrer le phénomène, on voit ici que les peigne-culs du marketing de Neutrogena semblent croire que leurs clients seraient assez cons pour croire que leurs produits sont conçus par des bouchers ou des menuisiers ou que sais-je :

Développé avec nos dermatologues

mercredi 28 mars 2012

«Les économistes à gages sur la sellette» : un complément

L'article de Renaud Lambert (dont la lecture est fortement recommandée) « Les économistes à gages sur la sellette » publié dans Le Monde Diplomatique de Mars 2012 dénonce les conflits d'intérêts vivants que sont les économistes intervenant dans les grands médias. Ces derniers nous les présentent en effet comme des « experts » au regard de leurs titres universitaires alors qu'ils sont avant tout cadres dirigeants d'établissements bancaires, membre de conseils d'administration de grand groupes ou autre position à moralité fort limitée (ce que les journalistes qui les interrogent se gardent bien de préciser afin de laisser croire au public qu'ils ont un semblant d'objectivité et de pragmatisme).

La malhonnêteté intellectuelle de ce genre de personnages ne s'arrête pas là : je me permets de poster ici cet extrait d'interview tiré de l'article que l'on peut dispenser de tout commentaire.

Réalisateur du documentaire Inside Job, Ferguson a rencontré l’économiste Frederic Mishkin, de la Columbia Business School :

Ferguson. — En 2006, vous avez coécrit une étude du système financier islandais : « C’est un pays évolué doté d’excellentes institutions. Peu de corruption, Etat de droit, économie convertie à la libéra-lisation financière. Réglementation et surveillance prudentielles de qualité. »

Mishkin. — Là était l’erreur [en 2008, l’économie islandaise s’effondrait, ndlr]. Il est apparu que la réglementation et la surveillance prudentielles n’étaient pas satisfaisantes.

— Qu’est-ce qui vous a fait croire le contraire ?

— On s’en remet aux informations dont on dispose. Et l’opinion générale voulait que l’Islande ait d’excellentes institutions et soit très évoluée.

— Qui vous l’avait dit ? Quelles recherches aviez-vous réalisées ?

— On parle à des gens, on se fie à la banque centrale qui, finalement, n’a pas été à la hauteur.

— Pourquoi vous être fié à la banque centrale ?

— On s’en remet aux informations qu’on a.

— Ça vous a rapporté combien ?

— J’ai été payé… Le montant est public.

Mishkin a reçu 124 000 dollars [environ 95 000 euros] de la chambre de commerce islandaise pour rédiger son étude.

— Sur votre CV, le titre du rapport « Stabilité financière en Islande » a été changé en « Instabilité financière en Islande »…

— Oh… J’ignore pourquoi, mais… Il y a peut-être une coquille.

Deux comportements seraient donc à adopter de la part des « journalistes » afin de palier ce biais :

  1. Faire intervenir des économistes ne faisant pas l'objet de conflits d'intérêt (Frédéric Lordon,Paul Jorion, …). Il faut admettre qu'ils commencent à avoir (très peu) droit de cité dans les grands médias.

  2. Annoncer oralement ou afficher sur l'écran la liste des conflits d'intérêts des intervenants mais ceci aurait un impact fort : dans le cas oral, cela durerait plus longtemps que l'interview et dans le cas écrit l'écran serait parfois entièrement rempli (ce qui ne serait pas forcément néfaste car cela nous épargnerait leur sale gueule)

Personnellement je pencherais pour une méthode alternative encore plus efficace : bannir toute personne faisant l'objet de conflits d'intérêts de droit de parole en tant qu'expert. Les médias ne pourraient qu'y gagner en objectivité.

samedi 17 décembre 2011

"The Corporation" distribué par TF1 Vidéo et recommandé par Le Figaro (non ce n'est pas une blague)

"The Corporation", réalisé par Mark Achbar et Jennifer Abbot, est un reportage dont l'objet est d'analyser la personne morale qu'est l'entreprise de ses origines à nos jours et surtout d'observer les impacts sociaux et environnementaux de ces dernières. Ce n'est bien sûr pas le premier reportage du genre, on peut citer notamment The Big One de Michael Moore mais un des angles abordé est novateur et plus que pertinent : Le fil rouge est de présenter les critères utilisés par les psychiatres (classification CIM-10 des troubles mentaux du comportement de l'OMS) pour évaluer si un patient est psychopathe ou non pour tenter de les appliquer à la personne morale qu'est l'entreprise et il s'avère que, ô surprise, cette dernière répond positivement à tout ces critères :

  • Indifférence froide envers les sentiments d'autrui
  • Incapacité à éprouver de la culpabilité ou à tirer un enseignement des expériences
  • Incapacité à maintenir des relations durables
  • Aucune préoccupation pour la sécurité d'autrui
  • Mensonges et escroqueries répétées pour son profit
  • Incapacité à respecter les normes sociales dans le respect de la loi
  • ...

Personnellement, j'ajouterai que l'entreprise est également une personne schizophrène (ou masochiste) : Le DVD français est distribué par TF1 Vidéo et recommandé par Le Figaro ("Un documentaire passionnant, édifiant, imparable."), entités qui entrent parfaitement dans ce qui est dénoncé avec force par ce reportage.

samedi 15 octobre 2011

Décès de Dennis Ritchie : bien plus attristant que celui de Steve jobs

Dennis Ritchie nous a quitté ces derniers jours. Il était l'inventeur du langage C (et d'UNIX) autant dire de la base la quasi totalité des technologies informatiques contemporaines, les compilateurs et interpréteurs courants étant eux-mêmes écrits en C (ou dans un langage s'appuyant sur un compilateur ou interpréteur écrit en C, et récursivement :) ). La communauté informatique dans son ensemble peut donc se sentir affectée par son départ. Pourtant, les médias n'en n'ont parlé qu'anecdotiquement alors que pour Steve Jobs... :

  • sa mort a monopolisé l'actualité des jours durant comme si c'était plus important que la crise monétaire dans laquelle le libéralisme économique nous a plongé.
  • les médias ont dit plus de conneries que de vérités : L'exemple le plus emblématique étant qu'il aurait inventé la souris (ce qui est faux, la souris est sortie des labos Xerox), le concept de tablette (c'est faux, il y a même eu une tablette Atari ST bien des années auparavant) et j'en passe... Le seul "exploit" que ce guignol ait accompli c'est d'avoir réussi à faire concevoir et commercialiser des systèmes informatiques encore plus fermés que ceux de Microsoft... Les journalistes présentent cet homme comme un inventeur alors qu'il n'est qu'un commercial ou, au mieux, une bête de com' et de marketing. Preuve s'il en fallait que la plupart d'entre eux sont des incompétents surfant sur la mode, le superficiel et le people.
  • ses apple-fans lobotomisés assez cons pour aller déposer des gerbes devant les AppleStore alors que la mort du clodo anonyme du coin est bien plus triste.

Un des plus grands ennemis du logiciel libre est mort... Désolé mais je ne saurais m'en émouvoir. Son charisme raëlien disparu, peut-être Apple reculera-t-il et cela ne pourra qu'être profitable pour la cause libriste.

Quand Stallman mourra, les médias n'en feront rien : il a "juste" inventé le concept de logiciel libre, fondé la FSF, le projet GNU, ....

mercredi 3 novembre 2010

La dictature de Philippe Val : mauvais pronostic

Plus d'un an après la rédaction de ce billet, je m'aperçois que j'ai mal pronostiqué... ce sont in fine Guillon et Porte qui furent les victimes de ce laquais de l'Élysée... Mermet a d'ailleurs fait une superbe émission pour les soutenir : Hommage à ceux qui agrandissent la surface de la cage. Elle montre, archives à l'appui, que dans les décennies précédentes, les humoristes avaient bien plus de liberté. Le fascisme avance...

- page 1 de 2