mercredi 22 avril 2015

Ni dieu, ni maître. A bas la calotte, vive la sociale.

Elle était déjà tombée mais ça fait quand même plaisir au libre penseur que je suis.

yeah.jpg

dimanche 23 mars 2014

[Le Monde Diplomatique] Fondations d'utilité publique

Dans Le Monde diplomatique de ce moi de Mars 2014, on trouve en page 18 un article de Mathile Goanec intitulé Fondations « d’utilité publique », vraiment ? qui remet en question les modalités d'attribution de ce statut permettant une forte défiscalisation des dons. Le système en lui même est assez juste dans la mesure où il permet au contribuable de flécher une partie de ses impôts vers des "causes" qui lui semblent justes à condition que l'état l'ai considérée comme étant d'utilité publique. Personnellement, j'utilise ce système pour ma cotisation syndicale (CGT), mon adhésion à la Fédération Nationale de la Libre Pensée et Agir pour l'environnement. Par contre, l'APRIL n'a toujours pas obtenu ce statut ce qui fait que j ne verse que la cotisation de base alors que je n'hésiterais pas à la décupler si elle était sujette à cette réduction d'impôt.

L'article revient sur le projet d'une députée socialiste visant à "faire le ménage au sein des fondations reconnues d’utilité publique" qui a malheureusement été rejeté dans la dernière loi de finances. Et pourtant, la poursuite de la lecture nous fait vite comprendre qu'un tel ménage serait salutaire.En effet, de nombreuses fondations bénéficiant de ce statut ont pour objet la rénovation et la construction d'établissements d'enseignement privés (confessionnels en général) ce qui induit un financement par l'impôt de ces établissements violant le principe républicain qui "devrait" être respecté "Fonds publics à l’Ecole publique, fonds privés à l’école privée ! " déjà fort amputé par la loi Debré dont la Libre Pensée réclame à juste titre l'abrogation.D'autres dérives sont dénoncées (évasion fiscale, soutien de pratiques douteuses, ...)

On regrettera toutefois que l'article ne relève pas le fait que les "grandes" religions bénéficient elles aussi de ce type de réduction d'impôt (denier du culte, ...) ce qui revient à un fléchage direct de l'impôt vers les églises en parfaite contradiction avec la loi 1905 stipulant très explicitement dans son article 2 que l'état ne reconnaît ni ne finance aucun culte.

A ce jour seul un aperçu de l'article est accessible sur le site du mensuel mais il sera vite disponible gratuitement dans sa version intégrale.

samedi 19 mai 2012

Mise à jour du site de la Fédération du Rhône de la Libre Pensée

La Fédération du Rhône de la Libre Pensée voit son site renouvelé pour passer de Joomla! à  Wordpress.Le Back-Office de wordPress étant bien plus "user-friendly" que celui de Joomla! l'alimentation devrait être plus active. J'ai également doté le site de Piwik pour les statistiques de fréquentation. La fédération de l'Ain n'a pas de site et je vais probablement m'y coller.

dimanche 8 janvier 2012

Nouvel arrêt du Conseil d’Etat - Nouvelle atteinte à la laïcité : Nouveau cadeau à l’enseignement catholique

Cet article a été publié dans l'AN II, mensuel de la Fédération du Rhône de la Libre Pensée.

Le Conseil d'Etat par un arrêt du 12 octobre 2011 vient de faire un nouveau cadeau à l'enseignement primaire catholique qui risque de coûter très cher au budget de beaucoup de communes.

L'arrêt rappelle qu'en application de la loi Debré, les communes contribuent aux dépenses des écoles privées sous contrat «  par référence au coût moyen d'un élève d'une classe équivalente dans les établissements de l'enseignement public, lequel doit prendre en compte les dépenses effectivement supportées par les communes pour assurer le fonctionnement de leurs écoles ».

Le Conseil d'Etat exige ainsi qu'aucune dépense ne soit écartée «  alors même qu'il ne s'agirait pas de dépenses obligatoires de la commune » et il juge que « les dépenses de la commune relatives au transport des élèves lors d'activités scolaires, à la médecine scolaire, en plus des dépenses assumées à ce titre par l'Etat, à la rémunération d'intervenants lors des séquences d'activités physiques et sportives et aux classes de découverte {...] devaient être prises en compte ».

La commune de Clermont-Ferrand se trouve condamnée en l'occurrence à verser à l'OGEC, organisme de gestion pour une seule école privée, l'école Fénelon, et pour les seules années scolaires 1997-1998 à 2000- 2001, en plus des 293 528, 04 euros déjà versés, la somme de 91 928, 20 euros, «  la somme portant intérêts et intérêts des intérêts ». Il s'agit d'une augmentation d'environ 30 % de la contribution de la commune au fonctionnement de l'école privée ! Une paille.

Combien de communes vont-elles devoir passer à la caisse ? Pour quelles sommes astronomiques ?

N'est-il pas évident que seule l'abrogation des lois anti-laïques pourra mettre fin au pillage des deniers publics au profit des écoles catholiques et aux dépens des écoles laïques ? Qu'en pensent les candidats aux prochaines élections ?

En attendant, nous pourrions enquêter auprès, au moins, des plus grosses communes du département comme celles de Lyon, Villeurbanne etc. pour estimer ce que pourrait leur coûter l'application de cet arrêt du Conseil d'Etat.

Marcel Picquier - 30 novembre 2011

Référence : Conseil d'Etat , 3ème et 8ème sous-section réunies, 12 octobre 2011, n° 325846  «  Commune de Clermont Ferrand ».

dimanche 20 novembre 2011

Attention les exorcistes sont parmi nous

En cherchant les coordonnées à contacter pour finaliser mon débaptème, je suis tombé sur cette page dans laquelle on peut voir les coordonnées de l'exorciste officiel de l'évêché du Puy. Moyen-âge quand tu nous tiens !!!

jeudi 10 novembre 2011

Débaptème : assurer la confidentialité de la démarche

J’ai été baptisé par l'évêque du Puy-en-Velay en 1977 puis, comme beaucoup d'agnostiques et d'athés, je me suis fait débaptisé (en 2001 me concernant). La procédure est simple : un courrier envoyé :

  • à la paroisse de baptême
  • en copie à l'évêché correspondant.

C'est la CNIL garantit le droit d'accès et de modification aux fichiers et les curetons ne peuvent donc refuser cette demande. Ils y accèdent d'ailleurs systématiquement et les demandeurs reçoivent en réponse une copie de leur acte de baptême modifié.

réponse de l'évêché

On pourrait se dire à partir de là que tout va bien... mais si on regarde de plus près l'acte modifié, on constate que les apostats sont identifiables et fichés dans le registre des baptêmes ce qui a pour conséquence :

  • de maintenir notre dépendance à une règle interne à l'Église Catholique Apostolique et Romaine (en somme, au droit canon auquel un citoyen français n'est pas supposé être soumis)
  • de constituer une atteinte à notre vie privée car cette administration internationale détient des informations sur les citoyens concernés qui peuvent avoir des conséquences dramatiques en cas de changement de régime.

Copie de l'acte modifié

Un citoyen a porté plainte en ce sens et le TGI de Coutances (Manche) lui a donné raison au titre de l'article 9 du code civil (relatif au respect de la vie privée) et exige des entités concernés qu'elles surlignent à l'encre noire la fiche en question.

Je compte personnellement poursuivre ma démarche en exigeant la finalisation de la destruction de ma fiche et invite chacun à faire de même.

mercredi 9 novembre 2011

Cléricalisation de l'enseignement

L'UMP poursuit sa démarche de cléricalisation de l'éducation nationale. Dernier cadeau en date : Malgré un taux d'élèves inscrits dans l'enseignement confessionnel d'environ 20%, sur les 16 000 postes d'enseignants qui seront supprimés en 2012 par Luc Chatel, seuls 1 350 concernent l'enseignement confessionnel (soit environ 8%). Déjà, durant les dernières années sur les 66 000 emplois supprimés, 4 600 seulement ont impacté l'enseignement confessionnel.

On retrouve ici une manifestation de la volonté gouvernementale d'une part de préparer une éducation à deux vitesses en privilégiant l'enseignement privé et d'autre part de favoriser la cléricalisation du pays.

mercredi 29 octobre 2008

La calotte aime trop les culottes courtes

Lu dans "La Raison" numéro 535 (Novembre 2008) dans l'article intitulé "L'archevêché de Chicago va verser plus de 12 millions de dollars aux victimes" :

Selon l'organisation "Bishôp accountability" ("La responsabilité des évêques"), plus de 4 000 prêtres, sur 42 000 aux États-Unis, ont fait l'objet d'une dénonciation sur des dizaines d'enfants.

La profession incriminée présente donc probablement le taux record et ce sans parler du fait que peu d'actes de ce type sont dénoncés. Il y donc peu de risque à parier qu'un bon quart des prêtres sont pédophiles. Voilà de quoi faire réfléchir les parents avant d'envoyer leurs enfants se faire lobotomiser au catéchisme.

Ni Dieu, ni maître, à bas la calotte et vive la Sociale !!!

jeudi 27 mars 2008

L'éducation nationale offerte à l'enseignement catholique

On savait déjà que l'UMP était pro-AGCS (Accord général sur la commercialisation des services), accord ayant pour objet de privatiser toute forme de service y compris éducation et santé. On savait aussi que Sarko aimait faire des cadeaux aux religieux. Mais voilà que le gouvernement allie les deux concepts, d'une part en réduisant le nombre d'heures d'enseignements attribués à l'éducation nationale tout en privilégiant l'implantation de structures éducatives relevant de l'enseignement catholique comme explicité dans ce communiqué. Enseignants et laïcs apprécieront...

Ni Dieu, Ni Maitre, et à bas la calotte.

lundi 24 mars 2008

France : pays laïc... mon cul !!!

Que la laïcité puisse (et doive) aller plus loin ne fait aucun doute. Je pensais tout de même que le financement du religieux par l'état se limitait à de mineures subventions et l'entretien des édifices religieux au titre de la conservation de notre patrimoine architectural.

J'ai découvert en lisant "La Raison", mensuel édité par la "Libre Pensée" que l'état finance jusqu'à 66% du denier du culte. Vous pourrez vérifier vous-même l'information sur n'importe quel site paroissial dans la page d'appel à cette dîme comme par exemple ici où l'on trouve textuellement : "Vos dons ouvrent droit à une réduction d’impôts sur le revenu égale à 66 % de leur montant dans la limite de 20 % du revenu imposable."

Conclusion : Nos impôts financent les paroisses alors que la plupart d'entre nous imaginent que ce déni de laïcité n'existe que sur le territoire que dans le (scandaleux) concordat d'Alsace-Moselle.

- page 1 de 2